mercredi 1 novembre 2017

Chronique d'un redoublement : 123. Tempête sous un crâne avant une "explication" inévitable...

SUITE 122

Je ne savais plus quoi penser. J'étais affalée sur mon lit, couchée sur le côté, les jambes un peu relevées, presque en position foetale, comme absourdie, les fesses encore à l'air, sans que cela ne me choque, moi qui, toujours pudique, remontais ma culotte le plus vite possible en ce genre de circonstances...
Mais, là, j'étais comme ailleurs, perturbée par mes pensées, d'autant que je savais qu'il n'y avait personne d'autre que Maman à la maison, et que je n'avais pas à craindre de me donner en spectacle à mes soeurs...
Je posai à deux ou trois reprises ma main sur mes fesses, ressentant la chaleur qui s'en dégageait, me faisant comme un petit radiateur en bas du dos, sans toutefois que l'épiderme ne soit à vif. Le contact de ma main me faisait du bien, comme une caresse là où les claques avaient fait leur oeuvre...



J'étais restée affalée sur mon lit, les fesses encore à l'air, 
sachant la maison vide et mes soeurettes à l'école.
Ma main sur mon épiderme rougi me faisait du bien, et je pleurai longuement,
du fait de la fessée bien sûr, mais peut-être plus encore de me rendre compte
combien j'avais été stupide de nier l'évidence et de provoquer la colère maternelle... 

Je ne sanglotais plus que par saccades espacées, à des moments où les idées noires ou la peur revenaient... J'avais du mal à comprendre comment j'avais pu me défendre aussi mal. Je m'en voulais d'avoir eu ce réflexe stupide de nier l'évidence, de mentir effrontément au moment où Maman me mettait sous le nez la preuve de mon entourloupe...
J'avais pourtant essayé d'imaginer des explications plus ou moins plausibles, des circonstances atténuantes, ou même jouer les amnésiques en ne se rappelant plus, etc. Bref, depuis deux jours, je me préparais à tenter d'atténuer la réaction maternelle en cas de découverte de ma falsification, mais, là, au moment fatidique, c'est la plus invraisemblable des explications que j'avais sortie, déclenchant la colère maternelle, et sa volonté de corriger l'insolente sur le champ, de me montrer que l'on ne se moque pas de sa mère impunément, et que cela mérite bien une tannée, indépendamment des autres explications et conséquences que la falsification de signature mériterait...
Quelque part, bien sûr, on était un peu comme dans ces situations où la moutarde montait au nez de Maman, quand par exemple elle avait menacé l'une de nous trois à plusieurs reprises d'une fessée si l'on ne se calmait pas, puis que la fautive faisait en quelque sorte déborder le vase, par une réflexion, une bêtise de plus, ou un caprice. Cela amenait Maman à réagir sur le champ, en giflant ladite fautive, non sans lui promettre une fessée lorsque l'on serait de retour à la maison.
Je suppose que Maman devait avoir vu depuis la veille ma fausse signature et qu'elle ruminait intérieurement, voulant toutefois avoir vérifié toutes mes copies avant de me demander des explications et de sévir... Nul doute que, dans son esprit, la manoeuvre grossière de son aînée allait forcément se payer par une fessée magistrale, et les allusions et menaces de ces dernières 48 heures le prouvaient à l'évidence.
Moi-même, dans mes cauchemars et dans mes moments d'angoisse depuis que la liasse de copies de maths était réapparue, je n'avais aucun doute là-dessus... Je savais bien que mon seul salut aurait pu être que Maman ne s'aperçoive de rien, sinon j'étais assez au courant des méthodes maternelles pour savoir que j'aurais à préparer mes fesses...
Autrement dit, sans se l'avouer, elle comme moi, imaginions bien que, le moment venu, il y aurait une grande explication et de la fessée dans l'air...
Sauf que, vexée et énervée par mon attitude stupide (j'en avais moi-même conscience a posteriori), Maman n'avait pu se retenir de traiter l'insolence de sa fille par une fessée indépendante du reste, car il n'était pas question que l'apprentie faussaire ne soit sommée de s'expliquer en détail... Avant d'entendre une sentence maternelle qui ne faisait guère de doute...


C'était, je le comprenais maintenant, mon insolence et ma façon
de nier l'évidence qui m'avait valu cette réaction immédiate de Maman,
me flanquant une fessée sur le champ, avant même de s'expliquer sur le fond...

Toujours sur mon lit, la tête bourdonnante, je venais de comprendre que la fessée reçue ne pouvait, dans la logique maternelle, n'être qu'un plus, qu'une sorte de prime à l'insolence, qu'une réponse immédiate à qui voulait faire passer sa mère pour quelqu'un qui perd la tête...
J'avais eu beau protester en criant  "Non, Maman, non, ça y est, je l'ai eue ma fessée",  quand elle m'avait informée de ses intentions, mais Maman avait bien dit que rien n'y ferait, et que j'étais quitte pour une nouvelle séance, la vraie cette fois, et qui serait forcément pire que la première...
En y repensant, je m'entendais supplier avec cette phrase : "Non, Maman, non, ça y est, je l'ai eue ma fessée". C'est drôle, non, l'adjectif est mal choisi, disons plutôt c'est révélateur de remarquer que j'avais dit "je l'ai eue, MA fessée" ! Je n'avais pas dit : "Tu m'as déjà donné la fessée", ou "je viens de recevoir une fessée", non, j'avais dit "ma" comme pour me l'approprier, comme si ce n'était pas une fessée ordinaire, et cela ne l'était pas puisque je la craignais, j'y pensais, je l'imaginais depuis 48 heures... Voire même depuis le jour où j'avais imité la signature maternelle, consciente que cela pourrait me valoir une déculottée magistrale, mais faisant cela aussi pour éviter une probable fessée si j'avais fait signer mon 5 sur 20 à Maman dans une semaine qui était déjà très agitée pour mon cas...
Il est vrai que, vu ainsi, en me rappelant les circonstances et ce que ma falsification m'avait déjà évité, je n'avais pas à me plaindre. Cette première fessée, impulsive et sur le coup de la colère, ce qui n'était pas souvent le cas de la part d'une mère qui attendait plutôt d'être calmée pour corriger sa fille, était compréhensible... Et, au moins, elle avait contribué en me faisant crier sans retenue (dans la maison vide) à me calmer aussi un peu.
Ma main posée à nouveau sur ma fesse gauche me montra que la chaleur avait déjà bien baissé... Je voulus le constater de visu, et me relevai pour aller regarder mon bas du dos dans la glace de mon armoire...


Ma main posée sur mon bas du dos me montra que la chaleur avait baissé...
Je me relevai curieuse d'aller voir dans la glace ce qu'il en était... 

Je vis le réveil au passage. Il était 14 h 30,  cela faisait donc près de vingt minutes que Maman était redescendue... Et qu'elle m'attendait...
J'avais toujours une sorte de frisson en regardant ma lune dans le miroir. Je le ressentis, là, très fortement, et détournai le regard. J'y revins, car je constatai que mes fesses étaient moins rouges que je ne l'imaginais. Il est vrai que d'autres fois, je saisissais ce reflet au moment de remonter ma culotte, à peine descendue des genoux maternels...
Non, là, un gros quart d'heure après, elles n'étaient pas redevenues blanches, mais étaient plus d'un rose pâle que rouges. J'en étais presque rassurée... Seule une petite plaque rouge sur l'arrière de la cuisse droite marquait un endroit sensible où Maman avait fait tomber trois ou quatre claques consécutives, en sorte de diversion, à un moment où j'avais tenté de remonter ma culotte en l'agrippant.
Hormis cette rougeur persistante en un endroit habituellement épargné, mon bas du dos était déjà presque revenu à sa pâleur initiale, ce qui m'étonnait plutôt. Mais c'était bien la preuve que la fessée reçue, donnée sous le coup de l'impulsion par une Maman vexée à sa grande fille paniquée d'une telle soudaineté, avait surtout été une tannée rapide, plus éclatante que cuisante.




Mes fesses n'étaient déjà plus rouges, mais d'un rose pâle,
preuve que la tannée rapide avait été plus éclatante que cuisante... 

Je me rhabillai, cherchant à changer d'idée et à ne plus penser à cette fessée, mais rien n'y faisait. J'avais la gorge sèche, mais je ne voulais pas descendre boire à la cuisine. J'allai dans la salle de bain, me servir un peu d'eau dans un verre à dents. Maman qui devait avoir l'oreille aux aguets m'entendit passer sur le palier et faire couler de l'eau.
"Christine, qu'est-ce que tu fais donc au lieu de venir me voir...?" lança-t-elle du bas de l'escalier. 
"Euh, rien, Maman, rien, je buvais juste un peu d'eau", répondis-je.
Elle répliqua : "Tu ferais mieux de descendre au lieu de tourner en rond. Plus vite on s'expliquera, et plus vite on réglera nos comptes... Cela ne sert à rien de tergiverser, tu sais très bien qu'il faudra passer par là..."
Je rétorquai juste : "Oui, M'man, je vais descendre. Euh, enfin, euh, bientôt... Attends..."
Maman repartit vaquer à ses occupations au salon, non sans lancer : "Enfin, c'est toi qui vois, Christine. J'ai tout mon temps, mais il ne faudrait quand même pas abuser de ma patience... A moins que tu n'attendes le retour d'Aline et Diane..."
La perspective me fit grimacer, mais je ne descendis pas sur le champ, préférant encore retourner dans ma chambre, la tête pleine de pensées qui se bousculaient. Bien sûr, comme disait Maman "plus vite, on s'expliquera" et plus vite ce sera fini... Mais, comment descendre quand on sait ce qui nous attend, quand Maman vient de rappeler que l'on allait "régler nos comptes" ! Ce qui revient à annoncer le programme, ce qui veut dire clairement : "Ramène tes fesses, ma fille" !
Cette dernière pensée me fit sangloter, et des larmes me montèrent à nouveau aux yeux, pas de douleur cette fois, mais d'émotion, d'angoisse...
Je me rallongeai sur mon lit, de tout mon long, sur le ventre, la tête dans l'oreiller, cherchant à me vider la tête, à retrouver un semblant de calme. J'étais dans une sorte de torpeur, et les minutes passèrent les unes après les autres...


Maman venait de rappeler que nous allions "régler nos comptes".
C'était comme dire : ramène tes fesses, ma fille...
Je m'effondrai à nouveau sur mon lit, sanglotante, angoissée... 

Un moment, je regardai mon réveil. Il était 15 h, passé même de 4 ou 5 minutes. Je sursautai, pensant à mes soeurs, mais je me rassurai : c'était 15 h et non 16 h, et elles ne sortaient qu'à 16 h 30. N'empêche que, si j'avais en quelque sorte déjà gagné une heure avant la suite promise, mieux valait peut-être ne pas tenter le diable, et prendre son courage à deux mains pour une explication "entre quatre z'yeux" avec Maman, et non pas devant deux autres paires d'yeux de curieuses...
Je me relevai, me regardant dans la glace, reflétant une Christinette pas rassurée, mais ayant séché ses larmes. Je rajustai ma tenue et mes deux barrettes dans mes cheveux. Je me tournai pour me voir de côté, puis de dos. J'hésitai un instant, mis la main sur le fond de ma robe, puis la retirai...
Mais, la curiosité fut plus forte et, en tendant l'oreille, pour vérifier que Maman ne monte pas à cet instant, je remontai l'arrière de ma robe, et glissai ma culotte vers le bas, jusqu'à mes genoux, le temps de constater l'état de mes fesses...
La petite rougeur à l'arrière de la cuisse était à peine visible, et mes deux joues du bas avaient quasiment retrouvé leur blancheur initiale... 
Je me regardai un moment, un rien perturbée d'avoir encore en tête le bruit, le mal, les cris de la fessée du début d'après-midi, et de n'en porter presque plus trace...
Je ne savais pas quoi penser... Je me disais que si je devais en recevoir une autre, elle aussi ne serait ensuite, et assez vite, qu'un mauvais souvenir. En même temps, je craignais que Maman, en découvrant une lune redevenue pâle, ne mette encore plus d'énergie à me la rougir à nouveau...
Je détournai à nouveau le regard, et me rhabillai, veillant à bien cacher ma lune, tirant sur le bas de ma robe pour la rendre plus couvrante encore...
Je préférai ne plus réfléchir, faute de quoi, jamais je ne descendrais.
Je pris une grande respiration et quittai ma chambre pour descendre retrouver Maman...


Je rajustai ma tenue, avant de quitter ma chambre.
J'avais bien conscience que descendre rejoindre Maman,
c'était marcher vers une nouvelle fessée...
Mais, l'heure tournait, et je ne voulais surtout pas
attendre le retour de mes soeurs...
A SUIVRE


3 commentaires:

  1. Voici un titre évoquant les furieuses hésitations de Jean Valjean, placé dans « Les Misérables » devant un choix cornélien. Dilemme en l’occurrence moins tranché pour Christine, de toute façon promise à la confession de sa faute, lui promettant une fessée d’anthologie. Tout au plus se voit-elle menacée, en cas d’attente trop longue, de se voir corrigée devant ses petites sœurs (comme à plusieurs reprises au cours de cette année de redoublement, mais notamment lors de la toute première de la présente chronique, au chapitre 3).
    Au début de ce chapitre, Christine, en double expiation de son entourloupe démasquée (et bien mal gérée, son mensonge effronté lui ayant valu de cuisantes arrhes), se retrouve les fesses encore écarlates à l’air, mais avec l’affreuse perspective de redescendre au salon et sur les genoux de sa mère pour se les faire rougir une seconde fois.
    Je passerai sur le résumé que la narratrice établit des récents événements, et dans lequel vous interprétez finement l’utilisation du possessif « ma », qui implique une « appropriation », une « acceptation », au moins inconsciente, de votre part, de cette fessée depuis que vous avez réalisé que votre mère avait découvert la copie fallacieusement signée.
    Par la suite, Christine va cliniquement analyser, par la vue et le toucher, l’état de ses fesses, et leur progressif « retour à la blancheur » (qui se révèle plus rapide qu’elle ne le pensait). Une première inspection dans la glace, quinze minutes après la tannée initiale, relève que la rougeur a déjà passablement pâli, à l’exception d’une plaque sur la cuisse droite, ce que, forte de votre expérience avérée dans ce domaine, vous rapportez judicieusement à la brièveté de cette première fessée. (Autrement dit, après la « véritable » explication, pouvez-vous craindre que la couleur ne « tienne » plus longtemps.)
    Une petite heure après, après avoir procrastiné en buvant un peu d’eau et en vous étant encore allongée (non sans vous attirer les remarques de votre maman, qui vous rappelle l’échéance de 16h30), vous vous livrez à une deuxième « consultation » en relevant votre robe et en vous déculottant carrément devant la glace. Cette fois, presque plus aucune trace physique ne subsiste du châtiment, pourtant encore bien vivace dans votre mémoire. Vous n’en êtes évidemment pas rassurée pour autant : dans quelques instants, votre robe et votre culotte, respectivement soulevée et baissée par la main maternelle, prendront le même chemin, et vos fesses auront tôt retrouvé une couleur incarnat.
    Alors, il ne vous reste plus qu’à prendre votre courage à deux mains, et à affronter cette épreuve avec abnégation. Vous vous composez une figure convenable, vous rhabillez, tirez sur votre robe, réajustez les barrettes dans vos cheveux, et avec des allures de petite fille modèle, voire de victime sacrificielle dignement parée, vous descendez les escaliers à la rencontre de votre inéluctable destin.
    Si nul ne doute de la suite des événements (à savoir, votre ultime fessée de cette année de redoublement) certaine incertitude demeure quant aux modalités d’application qu’adoptera votre mère. Comme je l’ai peut-être déjà évoqué, votre faute exceptionnelle appellera peut-être une punition exceptionnelle, qui, pour le plus grand intérêt du lecteur, la distinguera de toutes celles que vous avez vécues (et racontées) tout au long de votre chronique.

    RépondreSupprimer
  2. Toujours un grand moment que de lire un commentaire de Mardohl, capable de revenir 120 épisodes en arrière pour souligner un point particulier. Merci beaucoup. Votre analyse est une fois encore judicieuse et très en phase avec les pensées, les façons de raisonner de Christinette...
    J'y reviendrai sûrement, mais j'ai sous le coude une suite à publier et vais donc le faire d'abord.

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour vos compliments, Christine, même si, toujours aussi dur envers moi-même, je m'arrache encore les cheveux pour avoir laissé subsister deux répétitions dans mon premier paragraphe, qui devrait plutôt se lire ainsi :
    "Voici un titre évoquant les furieuses hésitations de Jean Valjean, placé dans « Les Misérables » devant un choix cornélien. Dilemme en l’occurrence moins tranché pour Christine, de toute façon promise à la confession de sa faute, qui elle-même impliquera nécessairement une fessée d’anthologie. Tout au plus se voit-elle menacée, en cas d’attente trop longue, d'être corrigée devant ses petites sœurs (comme à plusieurs reprises au cours de cette année de redoublement, mais notamment lors de la toute première de la présente chronique, au chapitre 3)."

    RépondreSupprimer